Combattre le tyran Ouattara, est-ce de l'acharnement? 19/08/2020

  • Description

C'est une mode très ancienne. Faire passer les victimes pour des coupables. Glorifier les tyrans en accusant leurs victimes d'avoir provoqué maladroitement leur divine colère...

Ainsi, pour certaines plumes hasardeuses du web, Ouattara aurait été plus gentil envers nous si nous avions été plus humbles envers lui. Il aurait suffi que nous négociions agenouillés devant Ouattara pour demeurer dans le paradis du Restaurant RHDP...

Derrière cette critique, se cachent bien souvent, ceux qui veulent utilement être bien vus de tous côtés, ne sachant pas de quel côté le vent des circonstances tournera bientôt. Ils jouent donc aux modérés face aux tyrans parce que si les tyrans gagnent la bataille, ils se réservent la possibilité de négocier des faveurs. Ce sont des opportunistes de l'ombre. Si Ouattara tombe, ils diront qu'ils étaient avec l'opposition. Si Ouattara ne tombe pas, ils diront qu'ils avaient prévenu l'opposition de ne pas être radicale. Inconstance et légèreté du caractère qui passent pour de la conviction morale! Lâcheté de personnes aigries et ténébreuses qui se prévalent d'une sagesse pourtant amplement inexistante!

Le fond de la question qu'ils fuient est pourtant clair: combattre un dictateur, est-ce s'acharner? La réponse est évidente: le dictateur est l'agresseur, ceux qui le combattent agissent en légitime défense. Si George Floyd pouvait s'acharner pour sauver sa vie contre les policiers racistes qui l'ont tué, il aurait pleinement été en droit de le faire. Combattre un dictateur, ce n'est donc pas s'acharner, c'est tout simplement s'en libérer en s'en défaisant. C'est une lutte pour la vie. We're in a struggle for life against these african monsters.

Quand je vois donc des gens qui m'accusent de m'acharner contre le tyran Ouattara qui viole la constitution ivoirienne, détient abusivement des députés, des cadres de notre mouvement GPS, des frères de Guillaume Soro pris en otage, des femmes ivoiriennes manifestantes pacifiques, des milliers de prisonniers politiques depuis 2011, j'ai une seule envie: en remettre une couche toutes les heures. Ouattara est un affreux despote et aucune énergie n'a à être épargnée pour le défaire, lui comme tous ses pareils! Le pyromane ivoirien absolu, c'est Lui, et non pas ceux qui le critiquent ou le combattent au nom d'une autre espérance!

Ce qu'il y a de pire, c'est que pour certains, posséder un compte facebook suffit à leur permettre de s'arroger des compétences en tout, y compris en analyse politique bien sûr, puisqu'ils croient que pour comprendre le phénomène politique, il suffit d'avoir un clavier et quelques tournures de phrases bien rodées.

Non: l'analyse politique requiert des fondamentaux qu'on n'a pas si on n'a reçu aucune formation spécifique pour les maîtriser et les utiliser. Tout le monde publie des posts, mais l'analyse politique est un métier exigeant, réservé à ceux qui l'ont acquis par le travail intellectuel profond et discipliné. En analyse politique, comme dans la vie, les moutons marchent certes ensemble, mais ils n'ont pas le même prix.

Et comme d'habitude, vous me connaissez: qui m'aime me suive, mais je ne regarde jamais derrière! Mes compagnons sont avec moi et devant moi. Derrière-moi, je ne gère rien ni personne. Et je m'en porte comme un charme.

Professeur Franklin Nyamsi Wa Kamerun
19/08/2020